L'invit�e de la semaine derni�re : Nicole N�e

 

LES INVITES DU COSMOPIF

 

N�22 (lundi 26 avril 2004)

 

Marcel Lebaron

Ancien chef du d�partement Education-Jeunesse du CNES

www.cnes.fr

 

 

Marcel Lebaron et l'astronaute Michel Tognini � Bourges en ao�t 1996

Photo Pif

 

 

Marcel Lebaron, c'�tait l'�ternelle jeunesse, l'enthousiasme et la bonne humeur personnifi�s, en toute simplicit�. J'ai beaucoup appris en travaillant avec lui, de 1992 � 1999, et me suis �galement toujours amus�. Pas un de nos faxes quasi-quotidiens n'oubliait de comporter une trouvaille amicale ou un petit dessin, chaque coup de fil �tait un moment de plaisir.

Marcel aurait lui-m�me �t� g�n� devant tant de larmes mais l'annonce de sa disparition ce 29 octobre 2009 provoque un grand vide et une immense tristesse.

 

Pif

 

 

 

Une carri�re au service des Jeunes et de l'Espace

Texte de P.-F. Mouriaux r�dig� pour la F�d�ration a�ronautique internationale

et mis � jour apr�s la remise de la M�daille d'Or du Nil pour l'ensemble de sa carri�re

 

33 ann�es durant, avec enthousiasme et modestie, Marcel Lebaron s'est consacr� aux activit�s spatiales de jeunes au sein du Centre national d'�tudes spatiales. L'�il et le sourire malicieux, petite barbe second Empire ou moustache grisonnante, celui que tous les membres de clubs a�rospatiaux tutoyaient a presque tout invent� en mati�re d'�ducation � l'espace en France.

C'est en particulier lui qui a lanc� les formules magiques "L'espace, comment �a marche ?" et "L'espace, � quoi �a sert ?".

 

A l�origine : un soucis de s�curit�

Marcel Lebaron rejoint la section Jeunesse du CNES en 1966 apr�s avoir d�but� sa carri�re en 1965 � la division fus�es-sondes. A cette �poque, l�action principale du CNES consiste � encadrer les activit�s de fus�es exp�rimentales men�es dans les clubs constitu�s de jeunes adultes et de mettre � leur disposition des propulseurs pr�sentant toutes les garanties de s�curit�. Les fus�es de jeunes sont mises en �uvre � l�occasion de v�ritables campagnes de lancements organis�es sur des terrains militaires (Sissonne, Valdahon, La Courtine, Le Ruchard�).

La section Jeunesse du CNES avait �t� cr��e en juin 1962 au sein du Service de l'information et de la documentation dans un but d'information, d'�ducation et de pr�vention li�e � la construction de fus�es par les jeunes. Ce r�le a �t� renforc� par l'interdiction du Minist�re de l'Int�rieur de fabriquer, d�tenir et utiliser des propulseurs � poudre sans contr�le administratif en ao�t 1962.

 

Des fus�es pour tous les �ges

Marcel Lebaron �tend l'activit� aux ballons stratosph�riques et fait ouvrir les bases de lancements du CNES � Aire-sur-l'Adour et Gap aux clubs de jeunes. A partir de 1969, � l'occasion de chaque Salon international de l'a�ronautique et de l'espace du Bourget, il fait r�compenser les meilleurs projets par les Prix du GIFAS (Groupement des industries fran�aises a�ronautiques et spatiales).

Il permet l'importation de petits propulseurs � poudre am�ricains au d�but des ann�es 1970, permettant l�apparition de l�activit� "micro-fus�es". Elle est accessible aux enfants � partir de 8 ans et peut �tre men�e au sein de l'�cole. C'est l'occasion pour Marcel Lebaron de mettre en place des formations d'enseignants et de produire de nombreuses publications p�dagogiques.

Au d�but des ann�es 80, une activit� interm�diaire entre la micro-fus�es et la fus�e exp�rimentale voit le jour : la "mini-fus�e". Elle est propos�e � des adolescents en clubs ou lors de s�jours de vacances.

 

Des jeunes en micropesanteur

En1988, Marcel Lebaron fait acc�der les jeunes � la micropesanteur. Des exp�riences de clubs peuvent �tre embarqu�es � bord de la Caravelle z�ro-G du CNES. D�autre part, une mallette p�dagogique est mise au point avec des animateurs de l'Association nationale sciences techniques jeunesse (ANSTJ) pour �tre utilis�e � bord de la station Mir par le cosmonaute fran�ais Jean-Loup Chr�tien. A partir de 1992 (mission Antar�s), les vols franco-russes embarquent syst�matiquement des r�alisations (T-shirt d'�cole primaire, nourriture spatiale de lyc�e h�telier, v�tements pour cosmonautes d'�cole de stylisme) ou des exp�riences de jeunes.

A deux reprises (en 1980 et 1988), Marcel Lebaron offre aux clubs GAREF a�rospatial et ESIEESPACE la possibilit� d'embarquer un satellite amateur � bord de la fus�e Ariane.

 

Des activit�s pour l��cole

En 1992, Marcel Lebaron lance sur la r�gion toulousaine l'op�ration "Un ballon pour l'�cole". Elle consiste � mettre � disposition d'�tablissements scolaires (du primaire au sup�rieur) des ballons stratosph�riques ferm�s qui embarquent des exp�riences sur l'atmosph�re ou la t�l�d�tection. 8 ans plus tard, l'op�ration est devenue nationale et touche chaque ann�e plus de 100 classes.

Toutes ces activit�s ont �t� men�es en collaboration �troite avec le secteur associatif (r�seau Sciences techniques jeunesse, Ligue de l'Enseignement, Francas...) et l'Education nationale. Activit�s auxquelles il convient d'ajouter la t�l�d�tection, l'�laboration et la diffusion d'expositions ("L'espace, comment �a marche ?" et "L'espace � quoi �a sert ?"), la mise en place de concours,...

Soucieux d'�tendre ce savoir-faire hors de l�Hexagone, Marcel Lebaron a toujours favoris� l�accueil de clubs �trangers sur les campagnes de lancements de fus�es exp�rimentales (allemands, am�ricains, belges, br�siliens, hollandais, japonais, russes, tunisiens�) et a mis en place plusieurs collaborations avec l'agence spatiale europ�enne (ESA).

A chaque fois que cela a �t� possible, Marcel Lebaron s�est efforc� de mettre des jeunes au service d�autres jeunes, faisant r�aliser des parachutes par des lyc�es professionnels, concevoir des rampes de lancements par des BTS, d�finir de nouveaux propulseurs par des �coles d�ing�nieurs�

 

A 60 ans, Marcel Lebaron a quitt� le d�partement Education-Jeunesse du CNES en 1999. Il a b�ti une activit� unique au monde dont le CNES peut s�enorgueillir et a laiss� � ses successeurs un terrain d�action in�puisable. Il a re�u les palmes acad�miques en 1998 et �t� r�compens� par la Nile Gold Medal de la F�d�ration a�ronautique internationale (IAF) en 2001.

 

� Lorsque apr�s 35 ans de collaboration et d'amiti�s sinc�res je peux me retourner et m'apercevoir que tout a bien march�, c'est la meilleure des joies. De l'ANCS � la FNCS pour arriver � l'ANSTJ, pour moi, seules les relations personnelles ont eu de l'importance, les fus�es, les ballons n'ont �t� qu'un pr�texte � mieux appr�cier tous ceux qui croient en la cr�ativit� des jeunes. CNES-ANSTJ m�me avenir. �

Marcel Lebaron, Bourges, 2 ao�t 1998

 

 

 

Comme � chaque fin de campagne de lancements,

le dernier d�ner du Festival des clubs Espace 1998 � Bourges a �t� l'occasion de faire la f�te.

Mais �galement de saluer le d�part en retraite de Marcel Lebaron.

(A gauche : Thierry Stillace)

Photo Pif

 

 

 

Qui �tes-vous, Marcel Lebaron ?

N� le 11 avril 1939 dans le 15e arrondissement de Paris, je demeure pour l'instant � Saint-Hippolyte du Fort, dans le Gard, en "retrait" de la vie active et agit�e, tout en participant de temps en temps aux actions �ducatives de Plan�te Sciences Languedoc-Roussillon. Je pratique �galement la g�ologie r�gionale, l'�cologie, la randonn�e et la lecture.

 

 

Quel a �t� votre parcours professionnel ?

Calculateur au Centre d'essais en vol de Br�tigny-sur-Orge de 1959 � 1965 puis au CNES � la division Fus�es Sondes de 1965 � 1970, j'ai �t� charg� de mission au CNES de 1970 � 1999, responsable des actions aupr�s de la jeunesse et de l'Education nationale : campagnes de lancements de fus�es et de ballons, formation d'animateurs et d'enseignants.

 

 

Quelle est votre passion, comment est-elle n�e, comment la vivez-vous ?

Ma passion concerne tout d'abord l'a�ronautique, demeurant proche du Centre d'essais en vol de Br�tigny, passion des essais en vol ensuite� puis l'attrait des fus�es sondes et des campagnes de lancements dans le monde� Ensuite, je me suis consacr� � l'exp�rimentation des fus�es et des ballons au profit des jeunes passionn�s d'astronautique.

 

 

Quelle anecdote personnelle ou souvenir fort li� � la conqu�te spatiale souhaiteriez-vous nous faire partager ?

En aviation, je me souviens de l'angoisse lors des essais de givrage en vol � bord d'un bimoteur que l'on mettait "en d�crochage" pour v�rifier son comportement avec la voilure d�form�e par la glace. C'�tait un Nord 262 en essais au CEV. Durant tout le vol d'essais, nous �tions harnach�s "br�l�s", pr�ts � �vacuer en cas de "ressource" loup�e ou de r�el d�faut de dissym�trie de la voilure.

Nota : il plongeait toujours sur l'aile gauche� Peut-�tre pour des motifs politiques ? Qui sait ? Apr�s 1h30 de vol dans ces conditions, le copain avec qui je partageais les mesures en vol et le contr�le des enregistreurs embarqu�s et moi reprenions des couleurs � la vue de la piste de Br�tigny� Ouf ! Que la passion ne fait-elle pas supporter !

 

 

Nord 262 version Marine

Photo Jean-Michel Roche (www.netmarine.net)

 

 

Dans mes activit�s Jeunesse, je me rappelle d'une frayeur r�trospective sur le champ de tir de La Courtine : une grosse fus�e exp�rimentale r�alis�e par des jeunes passionn�s d'espace, apr�s un vol balistique qui l'avait propuls�e � plus de 3 000 m d'altitude, retombe en chute libre "derri�re nous" et les spectateurs� alors que son retour �tait attendu loin devant notre zone de s�curit� ! Frayeur r�trospective car ce n'est qu'apr�s l'impact que nous avons mesur� le danger potentiel d'un lancement "rat�" sans syst�me de r�cup�ration en �tat de marche�

 

 

Quelle serait votre photo spatiale ou astronomique pr�f�r�e et pourquoi ?

Je retiendrais la mise � feu et le d�collage d'une fus�e-sonde V�ronique dans le d�sert d'Hammaguir au Sahara : le site est merveilleux, la propulsion d'un engin � liquides impressionnante d'�nergie lib�r�e et de v�locit� et le jet de flammes ocres majestueux.

 

 

CNES

 

 

De la m�me mani�re, quel objet spatial vous fascine-t-il ?

Pour le souvenir personnel et pour avoir particip� � sa mise en �uvre, je choisis � nouveau la fus�e V�ronique, pr�curseur de l'astronautique, issue du pass� historique de la propulsion bi-liquides.

 

 

 

V�ronique AGI sur sa table de lancement � Hammaguir en 1959

Photo CNES

 

Quel serait votre r�ve spatial le plus fou ?

Pragmatique par nature, je me contenterais d'attendre les premiers pas de l'homme sur Mars�

En aurai-je la patience ?

 

 

Merci, Marcel Lebaron !

 

Interview r�alis�e par courrier entre janvier et mars 2004

 

 

 

Retrouvailles au Cabaret sauvage � Paris en novembre 2002 pour les 40 ans de l'association Plan�te Sciences.

Marcel y pose avec plusieurs g�n�rations de permanents Espace de l'association

et Anne Serfass-Denis, qui lui a succ�d� au CNES.

 

 

Mosa�que-hommage r�alis�e par Christophe Scicluna

 

 

 

La semaine prochaine (lundi 3 mai 2004) : Yves Gauthier

 

 

 

 

 

 

Les coordonn�es des invit�s ne sont communiqu�es en aucun cas

 

Retour au