L'invité de la semaine dernière : Serge Gracieux

 

LES INVITES DU COSMOPIF

 

N°28 (lundi 7 juin 2004)

 

 

Frank De Winne

Astronaute belge de l'Agence spatiale européenne

www.esa.int/export/esaHS/index.html

 

 

 

Frank De Winne en bref

 

Pilote de chasse et d'essais et deuxième Belge de l'espace

Compte plus de 2 300 heures de vol sur une grande variété d’avions militaires (Mirage, F16, Jaguar, Tornado…)

A effectué son premier vol spatial à bord de la station spatiale internationale en novembre 2002, lors de la mission Odissea (Soyouz TMA-1/Soyouz TM-34)

Né à Gand le 25 avril 1961 (13 jours après le vol de Youri Gagarine)

Marié et père de trois enfants

Amateur de football, d'informatique et de gastronomie.

Actuellement, l'astronaute travaille sur le Livre Blanc de la politique spatiale avec l'Union européenne ainsi que sur le programme d'exploration futur de l'ESA Aurora. Il navigue donc constamment entre Bruxelles, le siège de l'Agence et le centre technique de Noordwijk, aux Pays-Bas (ESTEC).

 

 

Frank De Winne lors d'une séance d'entraînement en piscine au Centre européen des astronautes

de Cologne en Allemagne, en mars 2004

Photo Pif

 

 

Parcours universitaire et professionnel

Diplômé de l’Ecole Royale des Cadets de Lierre en 1979, Frank De Winne obtient en 1984 le diplôme d’ingénieur civil de l’Ecole Royale Militaire de Bruxelles, avec une maîtrise en télécommunications. Pour son excellente thèse de fin d’études, il obtient le Prix de l’Association des Ingénieurs Civils belges.

Après avoir achevé son entraînement à la Force Aérienne belge, il devient en 1986 pilote opérationnel sur Mirage V. Détaché en 1989 auprès de la société SAGEM à Paris, il travaille au programme d’amélioration de la sécurité en étant responsable des spécifications opérationnelles et techniques de la modernisation du Mirage. En 1991, il termine sa formation au Collège de Défense avec la plus haute distinction et se forme l'année suivante comme pilote de chasse à l’Empire Test Pilots School de Boscombe Down, au Royaume-Uni. Il y remporte le Trophée McKenna.

 

Candidat astronaute en septembre 1990, Frank De Winne fait partie des 6 présélectionnés belges retenus en avril 1991 par le Service de Programmation de la Politique Scientifique belge. Mais c'est Marianne Menchez qui est finalement choisie par l'Agence spatiale européenne et qui intègre le deuxième groupe d'astronautes européens en 1992. Lorsqu'elle quitte ses fonctions en 1994, sa place reste vacante.

En décembre 1992, Frank De Winne est nommé au département de Test et d’Evaluation de la Force Aérienne belge. Comme pilote d’essais, il s'implique notamment dans le programme d’électronique Carapace sur le chasseur F16 à la base aérienne américaine d’Eglin et le programme d'autodéfense du transporteur C130. Pendant cette période, il effectue des vols à Gosselies comme pilote de réception de divers modèles d’avions.

De janvier 1994 à avril 1995, Frank De Winne est responsable du programme de sécurité du premier Fighter Wing de Beauvechain en Belgique. D’avril 1995 à juillet 1996, il est détaché comme pilote d’essais à l’EPAF (European Participating Air Forces) sur la base aérienne américaine d’Edwards (Californie). L'objectif est d'améliorer la longévité du F16 et d'effectuer des tests radar. Son habileté exceptionnelle au cours d’un vol lui vaut d'être en 1997 le premier pilote non-américain à recevoir le Joe Bill Dryden Semper Viper Award. De 1996 à 1998, il est pilote d’essais senior à la Force Aérienne belge et est responsable de tous les programmes de tests et de toutes les inferfaces pilote-véhicule pour la mise à jour des logiciels d’avion. En 1998-1999, il est le commandant d’escadre au 349ème escadron de la base aérienne de Kleine Brogel en Belgique et le commandant du détachement belgo-néerlandais au cours des opérations des Forces Alliées au Kosovo.

 

Désigné en octobre 1998 pour faire partie du corps unique d'astronautes européens (décidé en mars 1998), Frank De Winne est détaché de l'Armée en janvier 2000. Il rejoint d'abord le centre des astronautes européens (EAC) à Cologne, en Allemagne. Une semaine plus tard, il est affecté à la direction des Vols Habités et Microgravité de l'ESA à l'ESTEC, près de Noordwijk, aux Pays Bas. Il fait d'abord office d'expert technique pour le projet X38/CRV de navette de sauvetage de la station spatiale internationale. Puis, à partir de décembre 2000, il travaille en compagnie de l'astronaute espagnol Pedro Duque au design du laboratoire européen Columbus ainsi qu'à la coupole Cupola de la station.

 

C'est à partir du mois de juin 2001 que la mission Odissea commence à se monter (la décision définitive avec les Russes intervenant en novembre suivant). Frank De Winne s'installe à la Cité des étoiles durant le mois d'août et débute son entraînement sur Soyouz TM en tant que doublure de l'Italien Roberto Vittori, affecté vol taxi Marco Polo d'avril 2002. L'entraînement sur Soyouz TMA commence en janvier 2002 en compagnie du commandant de la mission Odissea, Sergueï Zaliotine, et l'équipage doublure (Youri Lontchakov et Alexandre Lazoutkine). En juillet, le chanteur américain Lance Bass intègre l'équipage et participe à la préparation. Mais, suite à des désaccords financiers avec les Russes, il est écarté septembre et remplacé par Youri Lontchakov.

Avec deux jours de retard sur le planning initial (suite à l'explosion d'une fusée Soyouz emportant la capsule Photon M-1 le 15 octobre précédent), le grand départ a lieu le 30 octobre 2002.

 

 

La mission Odissea

Du 30 octobre au 10 novembre 2002, Frank De Winne participe en compagnie des Russes Sergueï Zaliotine et Youri Lontchakov à la mission Odissea, vol "taxi" à destination de station spatiale internationale (occupée par l'Expedition 5 : Valéry Korzoun, Sergueï Treschev et Peggy Whitson). Le Belge est ingénieur de vol sur cette mission, qui utilise pour le voyage aller le tout nouveau Soyouz TMA et permet le retour du Soyouz TM-34.

Au cours de ses neuf jours passés dans la station spatiale, Frank De Winne mène un programme de 23 expériences dans les domaines des sciences de la vie, des sciences de la physique, de l'éducation. Certaines expériences utilisent une nouvelle installation de recherche, conçue en Europe : le Microgravity Science Glovebox (MSG, la "boîte à gants").

Le vol est financé par les Services fédéraux des affaires Scientifiques, Techniques et Culturelles (SSTC) de Belgique.

Voir www.esa.int/export/esaMI/FRENCH/index.html

 

 

 

A lire

Frank De Winne, du F16 au Soyouz, par Christian De Brulle (Collection La Noria - Editions du Labor, 2003, 170 pages illustrées)

Le journaliste scientifique belge a suivi, pour le quotidien Le Soir, le parcours de l'officier de la Force Aérienne belge depuis son affectation au Corps des astronautes européens jusqu'à la fin de la mission Odissea.

www.labor.be

 

 

 

 

6 questions à Frank De Winne

 

 

Frank De Winne, comment est née votre passion pour l'espace ?

Je lisais déjà des tas de livres sur l'espace et l'Univers lorsque j'étais au collège. Mais lorsque je vis pour la première fois s'envoler la navette spatiale américaine Columbia le 12 avril 1981, je sus que je voulais aussi séjourner dans l'espace.

 

 

Kennedy Space Center, le 12 avril 1981.

20 ans jour pour jour après la révolution de Gagarine, une nouvelle ère commence

Photo NASA

 

 

Quel souvenir fort de la mission Odissea retenez-vous ?

Lorsque j'ai regardé pour la première fois à l'extérieur du hublot, j'ai pu contempler notre magnifique planète Terre et sa très fine atmosphère. Cela m'a rendu encore plus conscient de l'impérieuse nécessité de protéger notre fragile environnement.

 

 

Quelle serait votre photo spatiale ou astronomique préférée et pourquoi ?

Parce qu'elle illustre ce que je viens de dire, je choisis la première photographie que j'ai moi-même réalisée de la Terre depuis la station.

 

 

En exclusivité pour le Cosmopif !

Photo Frank De Winne

 

 

De la même manière, quel objet spatial retiendriez-vous ?

Je n'ai pas d'objet spatial préféré spécifiquement.

 

 

Que représente pour vous le personnage de Youri Gagarine ?

Gagarine est un véritable héros spatial, qui peut servir d'exemple pour n'importe quel futur explorateur.

 

 

Quel serait votre rêve spatial le plus fou ?

J'aimerais marcher sur d'autres planètes.

 

 

Pif et Frank De Winne lors du Salon du Bourget 2003

Photo Olivier Sanguy

 

 

Merci, Frank De Winne !

 

Interview réalisée par mail en février 2004. Traduit de l'anglais par Pif.

 

 

 

La semaine prochaine (lundi 14 juin 2004) : Hélène Givaudin-Chézière

 

 

 

 

 

 

Les coordonnées des invités ne sont communiquées en aucun cas

 

Retour au