LES INVITES DU COSMOPIF

 

N°179 (lundi 14 janvier 2008)

 

Dr James Newman

300e sujet de l'espace, 188e astronaute américain

Professeur invité à la Naval Postgraduate School de Monterey

www.nasa.gov

 

 

 

 

         

 

 

James H. Newman (PH.D.) en bref

Né le 16 octobre 1956 sur une île des Etats fédérés de Micronésie, dans le Pacifique occidental, mais considérant San Diego (Californie) comme sa ville natale.

Marié, 3 enfants.

 

Physicien (diplômé de la Rice University de Houston, au Texas), professeur invité de la NASA à l'École navale de troisième cycle Naval Postgraduate School de Monterey, en Californie. Membre de la Société américaine de Physique et de la société de recherche scientifique Sigma Xi.

 

Spécialiste de mission (MS) lors de 4 missions navette entre 1993 et 2002 : STS-51/Discovery, STS-69/Endeavour, STS-88/Endeavour et STS-109/Columbia, totalisant plus de 43 jours de séjour dans l'espace.

James Newman a effectué un total de 6 sorties extravéhiculaires en scaphandre, d'une durée totale de 43 heures et 13 minutes.

 

 

3 questions à James Newman

 

 

Quel(s) souvenir(s) fort(s) de vos vols spatiaux souhaiteriez-nous remémorer ?

Il y a beaucoup de jolies histoires à raconter sur le programme spatial et je vous livre ces quelques informations que, je l'espère, vous trouverez intéressantes. J'y ai également inclus des photos, des sites web et quelques mots sur les vols spatiaux auxquels j'ai eu la chance de participer.

 

There are a lot of neat stories to tell about the space program and I am including some information that I hope you will find interesting. I’ve also included some photos, websites, and a few words about the space flights I have been fortunate to be on.

 

 

Mission STS-51 (12-22 septembre 1993)

 

   

 

Equipage et lancement de la mission STS-51

Voir www.nasa.gov/mission_pages/shuttle/shuttlemissions/archives/sts-51.html

 

 

Vous trouverez ici ce que j'ai écrit après mon premier vol spatial, la mission STS-51, à ma descente de la navette spatiale Discovery en septembre 1993. Une partie de ce qui s'est passé sur ce vol restera toujours comme si c'était hier. Nous avons fait beaucoup de travail : mais regardez plutôt la numéro de mars 1994 de la revue Surfer Magazine, page 93, si vous voulez voir ce qui constitue peut-être le sommet de ma carrière à la NASA, au moins aux yeux de certains de mes anciens camarades d'école !

 

Here is what I wrote after my first space flight, STS-51, back in September of 1993 on the space shuttle Discovery. Some of what happened on that flight will always be as if it were yesterday. We did a lot of work; but check out the 1994 March issue of Surfer Magazine, page 93, if you would like to see what may have been the highlight of my career at NASA, at least in the eyes of some of my High School friends!

 

 

 

Article de la revue Surfer Magazine (mars 1994) consacré aux "Cerveaux qui surfent"

Collection James Newman

 

 

Mission STS-69 (7-18 septembre 1995)

 

   

 

Equipage et lancement de la mission STS-69

Voir www.nasa.gov/mission_pages/shuttle/shuttlemissions/archives/sts-69.html

 

 

La deuxième fois que je suis allé dans l'espace fut lors de la mission STS-69 en septembre 1995 sur la navette Endeavour. J'étais le premier opérateur du bras robotisé et nous avons déployé et récupéré deux satellites scientifiques. Jim Voss et Mike Gernhardt ont réalisé une marche dans le vide pour effectuer des tests en vue des vols d'assemblage de la station spatiale internationale qui devaient suivre.

 

The second time I went into space was on STS-69 in September of 1995 on the space shuttle Endeavour. I was the primary robotic arm operator and we deployed and retrieved two science satellites. Jim Voss and Mike Gernhardt did a space walk to do tests for the upcoming International Space Station assembly flights.

 

 

 

 

Mission STS-88 (4-16 décembre 1998)

 

 

   

 

Equipage et lancement de la mission STS-88

Voir www.nasa.gov/mission_pages/shuttle/shuttlemissions/archives/sts-88.html

 

 

Ensuite, en décembre 1998, j'ai volé à bord de la mission STS-88, le premier vol de construction de la station spatiale internationale. Nous volions sur la navette Endeavour. Le module de contrôle de l'ISS, Zarya (Заря), construit par la Russie, avait été lancé quelques semaines avant nous. Nous emportions le nœud de jonction (Node) construit par les Etats-Unis, baptisé Unity. A l'aide du bras robotique de fabrication canadienne, Nancy Currie a sorti Unity de la soute de la navette et l'a placé au sommet du module d'amarrage. Après notre rendez-vous avec Zarya, Nancy l'a agrippé avec le bras robotisé et l'a placé au sommet du Node. Ensuite, Jerry Ross et moi avons effectué trois sorties dans l'espace pour brancher les câbles et les équipements sur la nouvelle station. Le Node est la pierre angulaire de l'ISS, tout le reste part de lui. Pénétrer à l'intérieur de la nouvelle station spatiale fut vraiment étonnant. Il s'agit d'un grand volume par rapport aux quartiers spartiates de la navette spatiale. Quand je n'avais pas d'EVA programmée pour le lendemain, je veillais généralement un peu tard lors de nos soirées, répondant à mes e-mail et regardant par le hublot. Une nuit, j'ai remarqué que tout le monde était apparemment allé au lit et que j'étais donc le seul au poste de pilotage (flight deck). Quand j'ai eu terminé, je suis descendu sur le pont intermédiaire de la navette (middeck). Il faisait nuit et je me assuré que tout le monde était endormi. J'ai jeté un oeil vers le tunnel de la station spatiale et décidai d'y retourner pour y jeter un coup d'œil une minute. Ainsi, j'ai soigneusement flotté dans le noir, essayant difficilement de ne pas réveiller quelqu'un. Quand je me suis levé dans le Node, il y avait Bob Cabana, le commandant de bord, et Sergueï Krikalev, un cosmonaute russe qui volait avec nous. Ils étaient arrivés les premiers et flottaient déjà sur place, juste pour apprécier le volume énorme et cet instant partiulier à bord de la nouvelle station. Elle a depuis considérablement grandi et est en permanence habitée par trois personnes aujourd'hui.

Regardez sur http://spaceflight.nasa.gov/realdata/sightings pour voir quand vous pourrez la voir passer au-dessus de votre tête.

 

Next, in December 1998, I flew on STS-88, the First Assembly Flight for the Construction of the International Space Station (ISS).  We flew on the space shuttle Endeavour.  The Russian built control module, Zarya (Заря) was launched a couple of weeks before us.  We were bringing the US built Node named Unity.  Using the Canadian built robotic arm, Nancy Currie took the Node out of the payload bay and put it on top of the docking module.  After we rendezvoused with Zarya, Nancy grappled it with the robotic arm and put it on top of the Node.  Then Jerry Ross and I went on three space walks to hook up cables and put equipment onto the new Station.  The Node is the corner stone of ISS; everything else comes off of it.  Going inside the new space station was really amazing.  It is a large volume compared to the Spartan quarters of the Space Shuttle.  If I didn’t have a space walk the next day I would usually stay up a little late in our evening doing email and looking out the window.  One night I noticed that everyone had apparently gone to bed and so I was alone on the flight deck.  After I had finished up I went down to the middeck.  It was dark and I figured everyone was asleep.  I looked back towards the tunnel to the space station and decided I’d just sneak back there and take a look for a minute.  So I floated carefully in the dark, trying hard not to wake anyone up.  When I got up to the Node, there was Bob Cabana, the Commander, and Sergei Krikalev, a Russian cosmonaut flying with us.  They had gotten there first and were already floating around, just enjoying the huge volume and special time in the new space station. The space station has grown tremendously and there are usually three people living on it at any given time.

Check http://spaceflight.nasa.gov/realdata/sightings for when you can see it pass by overhead.

 

 

   

 

Filmée à l’aide d’une caméra IMAX®, la jonction entre le module russe Zarya (Aube),

et le module américain Unity (Unité), apporté par Endeavour,

signe le véritable coup d’envoi de l’assemblage sur orbite de l'ISS

 

 

 

James Newman accroché à l'ISS

 

 

Mission STS-69 (1er-12 mars 2002)

 

   

 

Equipage et lancement de la mission STS-109

Voir www.nasa.gov/mission_pages/shuttle/shuttlemissions/archives/sts-109.html

 

 

En mars 2002, j'ai été membre de l'équipage de STS-109. Nous avons volé à bord de Columbia, la plus ancienne navette de la flotte. Nous sommes partis effectuer une mission d'entretien du télescope spatial Hubble (HST). Des visites régulières avaient été réalisées vers le HST tous les deux ou trois ans, afin de remplacer les pièces en panne et adapter les caméras et les équipements aux nouvelles technologies. Je savais que ce vol serait un travail de longue haleine. Nous avions prévu cinq sorties dans l'espace. Mike Massimino et moi étions prévus pour deux d'entre elles avec une supplémentaire, si nécessaire, pour finir tout ce qui n'aurait pas été fait. Nous avons donc été très occupés, depuis le lancement jusqu'au redéploiement du télescope environ huit jours plus tard. Nous avons remplacé les deux panneaux solaires, avons éteint le HST pour la première fois en 12 ans de service et remis en route avec succès après avoir remplacé son unité de contrôle de puissance principale, nous avons installé la nouvelle caméra ACS ainsi qu'un radiateur pour refroidir la caméra infrarouge NICMOS. Hubble a travaillé plus fort que jamais. Regardez donc à l'image ci-après d'une collision de galaxies, UGC 10214 !

 

In March 2002, I was a crewmember on STS-109. We flew on Columbia, the oldest shuttle in the fleet.  We went to refurbish the Hubble Space Telescope (HST). There have been regular visits to HST every two or three years to fix things that are broken and to upgrade the cameras and equipment to new technology. I knew this flight would be a lot of hard work.  We had five planned space walks.  Mike Massimino and I were scheduled for two of them and a third if necessary to finish off anything that didn’t get done.  So we were very busy from launch to HST deploy about eight days later.  We replaced both solar arrays, turned HST off for the first time in 12 years and turned it back on successfully after replacing the main power control unit, we installed the new Advanced Camera for Surveys, and put on a radiator to cool down the infrared camera NICMOS. HST has been working better than ever. Check out  the picture below of colliding galaxies, UGC 10214!

 

 

 

James Newman au chevet du télescope Hubble

 

 

 

Voir les images réalisées par Hubble sur

http://oposite.stsci.edu/pubinfo/PR/2002/11/index.html

 

 

Quelle serait votre photo spatiale ou astronomique préférée et pourquoi ?

Je choisis l'image de la pleine Terre vue depuis la Lune. Elle montre tant de possibilités et ouvre la voie vers l'avenir. Notre futur peut inclure d'autres mondes mais la Terre sera toujours spéciale.

 

I pick the picture of the full Earth from the Moon. It shows so much possibility and lights a path to the future. Our future may include other worlds, but Earth will always be special.

 

 

 

 

 

 

7 décembre 1972

 

En partance vers la Lune, les membres d'équipage de la mission Apollo 17 peuvent admirer leur berceau.

 

Leur regard porte de la zone méditerranéenne à l'Antarctique. C'est la première fois que la trajectoire d'un vaisseau Apollo permet de photographier le pôle Sud.

 

 

 

Quel serait votre rêve spatial le plus fou ?

Le vol dans l'espace est une formidable aventure. Il est stimulant, motivant et épanouissant de faire partie de cette grande entreprise. Bien sûr, la NASA est un instrument de politique étrangère ainsi que de politique nationale. Avec l'ISS, nous nous sommes lancés dans un voyage de découverte sur la façon de vivre et de travailler ensemble sur le terrain et dans l'espace et faire de la recherche dans l'espace. Depuis l'accident de Columbia en 2003, la NASA a été réaffirmé à l'exploration. Nous prévoyons que cela va nous ramener à la Lune dans un avenir pas trop lointain. J'espère que pour une station de style antarctique sur la Lune, les multi-nationales et avec suffisamment de personnes de disposer d'une véritable communauté de scientifiques et de techniciens qui travaillent toute l'année. Un jour, je l'espère, il y aura un coût abordable à l'espace tourisme. Et j'espère que nous continuerons, peut-être même la mise en place d'une présence humaine sur Mars, sur le chemin des étoiles.

 

Space flight is a wonderful adventure. It is exciting and motivating and fulfilling to be part of this grand endeavour. Of course NASA is an instrument of foreign policy as well as of national policy. With the ISS we are embarked on an international voyage of discovery about living and working together on the ground and in space and about doing research in space. Since the Columbia accident in 2003 NASA has been rededicated to Exploration. We expect this will lead us back to the Moon in the not too distant future. I hope for an Antarctic-style station on the moon, multi-national and with enough people to have a real community of scientists and technicians working year round. Someday I hope there will be affordable tourism to space. And I do hope we continue, perhaps even setting up a human presence on Mars, on our way to the stars.

 

 

Merci, James Newman !

 

Interview réalisée par mail en janvier 2008 et traduite de l'anglais par Pif

 

Merci à Laurent Aznar pour le contact

 

 

La semaine prochaine (lundi 21 janvier 2008) : Frédéric Servian

 

 

 

 

Les coordonnées des invités ne sont communiquées en aucun cas