L'invité de la semaine dernière : François Spiero

 

LES INVITES DU COSMOPIF

 

N°214 (lundi 1er décembre 2008)

 

 

André Le Coroller

Professeur de Technologie

 

 

 

Qui êtes-vous, André Le Coroller ?

Pour quelques semaines encore, je suis professeur de Technologie dans le collège Eugène Guillevic de Saint-Jean-Brévelay dans le Morbihan. J’habite depuis 36 ans dans ce boug. Je suis né en 1949 dans le 9-3 au Pré-Saint-Gervais de parents travailleurs émigrés. Lui était breton et bougnat (il livrait du charbon), elle était auvergnate et serveuse dans un bistro. Je suis marié, père de deux filles et nous avons cinq petits enfants.

 

 

Quel a été votre parcours professionnel ?

Après avoir étudié à l'Ecole normale de Vannes, j'ai débuté comme directeur d’école à 18 ans (bon d’accord, l’école était une classe unique de treize élèves mais on disait Monsieur le Directeur). J'ai ensuite été instituteur spécialisé pour des collégiens en difficulté puis professeur d’EMT et enfin de Technologie.

 

 

Quelle est votre passion, comment est-elle née, comment la vivez-vous ?

Mes passions sont les sciences et techniques et le patrimoine industriel mais évidemment la conquête spatiale m’a marqué. J’avais 8 ans quand mon père est venu me tirer du lit pour entendre un certain "bip-bip" à la radio, j’avais douze ans quand Youri Gagarine a effectué ses premières orbites. Au collège, on collectionnait les photos et les timbres de l’espace. Il y avait les partisans des Soviétiques et les partisans des Américains. Je faisais partie des premiers, c’était facile, les débuts américains ont été laborieux et les Russes n’informaient que des succès. Je me souviens d’une blague qui circulait dans la cour de récréation : "Sais-tu faire le décompte pour une fusée américaine ? C’est facile : five, four, three, two, one… shit !"

Quelques années plus tard, on se retrouve à fabriquer des fusées en carton et en plastique et à lancer des ballons avec l’ANSTJ (devenue Planète Sciences). J'ai même eu l'honneur d'être, dans les années 1992-1996, un "Homme Espace Régional", correspondant privilégié de l'association et du CNES pour les activités aérospatiales de jeunes en Bretagne.

Enfin, je dois avouer continuer à collectionner les jouets mécaniques, notamment spatiaux. J'en trouve dans des brocantes, j'en rénove avec des pièces détachées.

 

 
 
André Le Coroller deux de ses jouets mécaniques de collection :
un "Technofix Apollo", jouet allemand de la fin des années 60"
et une soucoupe volante japonaise "Space Patrols" de Yoshiya de 1960

Photo Margot Le Coroller

 

 

Quelle anecdote ou souvenir fort souhaiteriez-vous nous faire partager ?

Je me souviens du lâcher d'un ballon à Monfort-sur-Meu, à 80 km de Saint-Jean-Brévelay, devant quelques deux ou trois cents scolaires. Yvan Allain, permanent de Planète Sciences Bretagne, était à la manœuvre, je m’étais glissé parmi les spectateurs. Le samedi précédent, nous en avions lâché un autre ballon de chez nous et nous l’avions perdu. J’étais donc en train d'expliquer à l'assistance qu’il arrivait de ne pas récupérer une nacelle mais qu’il fallait être patient quand un de nos petits voisins me déclara : "Et bien moi, au milieu d’un des champs de mon grand-père, il y a une grosse boite depuis dimanche !" Le grand-père habitait à 8 km de là ; au milieu de son champ trônait une énorme boite de pâté Hénaff qui était allée faire un tour une semaine plus tôt au dessus de l’atmosphère, emportant des échantillons de graines (nous faisions à l’époque dans la nacelle à thème). Le grand-père peut-être un peu effrayé n’avait pas osé la déplacer, il avait même pensé que peut-être un petit coup de fusil de chasse… Les graines ont superbement germé, bien plus vite que les graines témoins restées au sol. J’ai même surpris la maîtresse des CM qui commençait à changer les étiquettes des pots car elle trouvait les résultats de l’expérience peu conformes à son attente !

 

 

Quelle serait votre photo spatiale ou astronomique préférée et pourquoi ?

Je choisis le Lunokhod déposé sur la Lune par les Soviétiques au début des années 1970, pour son côté kitch et ingénieux.

 

 

 

De la même manière, quel objet spatial retiendriez-vous ?

Mon choix se porte sur une photographie de la Terre … vue de la Lune par Apollo 17 en décembre 1972.

 

 

Que représente pour vous Spoutnik-1 ?

Mon enfance.

 

 

Que représente pour vous le personnage de Youri Gagarine ?

L’image du pionnier moderne.

 

 

Que représente pour vous la station Mir ?

Une superbe étoile mobile qui a souvent traversé mon ciel.

 

 

Quel serait votre rêve spatial le plus fou ?

Y aller avec quelques élèves !

 

 

 

Merci, André Le Coroller !

 

Interview réalisée par mail en septembre 2008

 

 

La semaine prochaine (lundi 8 décembre 2008) : Francis Winisdoerffer

 

 

 

 

 

Les coordonnées des invités ne sont communiquées en aucun cas