L'invité de la semaine dernière : Christian Grenier

 

LES INVITES DU COSMOPIF

 

N°71 (lundi 30 mai 2005)

 

Gérard Feldzer

Directeur du Musée de l'Air et de l'Espace

www.mae.org

 

   

 

Photo Pif

 

 

Qui êtes-vous, Gérard Feldzer ?

La première fois que j'ai eu une ligne téléphonique, la postière des PTT m'a inscrit dans la rubrique professionnelle en tant qu'acrobate. 40 années plus tard, je m'aperçois que rien n'a changé : je suis toujours acrobate et les fonctionnaires existent toujours.

 

 

Quel a été votre parcours professionnel ?

Etudiant un peu turbulent avec un complice (Pierre Chesneau, aujourd'hui PDG de Corsair), ingénieur trop inventif, organisateur de loisirs et de voyages avec un autre complice (Jacques Maillot, Nouvelles Frontières), chef de village (avec Christian Blanc aux commandes), pilote de tout (ULM, voltige, delta, para, hélico, ballon à pédales avec Nicolas Hulot.) et pilote de ligne jusqu'en 2004 (20 000 heures de vol, dont 5 000 en couchette). Je préside depuis 1994 le plus vieil aéroclub du monde, l'Aéro-Club de France et dirige depuis le début de l'année 2005 le plus vieux musée aéronautique du monde, le Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget.

 

      

 

Le dirigeable à pédales Zeppy 2 biplace utilisé pour la tentative de traversée de l'Atlantique Sud d'Ouest en Est

par Nicolas Hulot et Gérard Feldzer en 1993

 

 


Quelle est votre passion, comment est-elle née, comment la vivez-vous ?

Ma passion pour l'espace est née le jour où je me suis présenté comme candidat pour devenir spationaute du CNES en 1985. J'ai commencé à y croire lorsque nous n'étions plus que 10 mais mon ami Michel Vieillefosse (chargé de la sélection) m'a éliminé. Nous sommes pourtant restés copains. Je lui ai piqué le titre de son livre pour réaliser un documentaire sur France 2 qui passe régulièrement encore aujourd'hui (il faut croire qu'il n'était pas si mauvais) : "Un ticket pour l'espace".

 

   

 

Le livre de Michel et Monique Vieillefosse (Belland, 1985)

"Un ticket pour l'espace" est également le titre

de la prochaine comédie de Kad et Olivier (sortie en février 2006)

 

 

Quelle anecdote personnelle ou souvenir fort lié à la conquête spatiale souhaiteriez-vous nous faire partager ?

A part ma participation à la troisième sélection de spationautes français, déjà évoquée, je n'ai pas d'anecdote spatiale personnelle -des histoires de pilote de ligne, en revanche, j'en ai des tas ! Mais cette expérience m'a permis de connaître les dessous de l'histoire de l'astronautique et de sortir pas mal de documents inédits de chez les Russes (mon tonton Kostaï Feldzer, ancien pilote du Normandie-Niemen, m'aidait à traduire les films en 35 mm que je ramenais de Moscou...). Cela m'a aidé à surmonter ma terrible déception de ne pas avoir été pris. Cela m'a permit aussi de faire autre chose.

Sinon, j'ai cette déclaration d'Alberto Santos Dumont faite en 1919 qui me vient à l'esprit et que j'aimerais vous faire partager : "Je lègue ma fortune à celui qui fera voter un texte à la Société des Nations pour geler l'espace à des fins pacifiques et non militaires."

 

   

 

Alberto Santos Dumont (1873-1932), pionnier brésilien de l'aviation

et une réplique de sa "Demoiselle" au Musée de l'Air et de l'Espace

 

 


Quelle serait votre photo spatiale ou astronomique préférée et pourquoi ?

Je retiens Alexeï Leonov lors de sa première sortie dans l'espace en 1965 : celui qui conçoit, dirige, décide et se mouille !

 

 

 

De la même manière, quel objet spatial vous fascine-t-il ?

Je choisis Spoutnik. La première fois que j'ai entendu parler d'un "satellite artificiel", c'était 40 ans après la Révolution d'octobre : une révolution autour de la Terre. Laquelle fut la plus porteuse d'espoirs ?

 

 

 

Quel serait votre rêve spatial le plus fou ?

J'aimerais voir un débarquement sur Mars avant de rejoindre le firmament. Plus près de nous, j'adorerais participer au X-Price.

Je voudrais également demander à chaque astronaute de m'envoyer une de ses photos personnelles de la Terre prise de l'espace avec une phrase de ce qu'il pense de cette petite boule bleue... Ces tableaux seraient exposés et vendus aux enchères pour des causes humanitaires à l'échelle planétaire. Un rêve ? Pas tant que cela. Chiche ! On a bien fait les Restos du cœur…

 

 

 

Merci, Gérard Feldzer !

 

Interview réalisée par mail en avril 2005

 

 

 

Prochain invité (lundi 6 juin 2005) : Ivan Testart

 

 

 

 

 

Les coordonnées des invités ne sont communiquées en aucun cas