LES INVITES DU COSMOPIF

 

N°34 (lundi 6 septembre 2004)

 

Sir Arthur C. Clark

(Pseudonymes : Clericus, Charles Willis, E. G. O'Brien)

Auteur de science fiction

www.clarkefoundation.org

 

 

 

Arthur Charles Clarke est né à Minehead en Angleterre le 16 décembre 1917. Très jeune, il montre des dispositions pour les sciences, construisant son premier télescope à l'âge de 13 ans, et une imagination débordante. Après des études moyennes sans histoires, il entre à la Huish's Grammar School de Tauton qui lui dispense une instruction classique préparatrice à l'université. Mais à la sortie de cette école en 1936, il est contraint de travailler et est engagé comme commissaire aux comptes du Trésor royal. Alors membre de l'association britannique de science fiction, il publie quelques nouvelles dans divers fanzines.

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Arthur Charles Clarke sert dans la Royal Air Force comme instructeur radar et officier technique dans les atterrissages guidés depuis le sol. C'est à cette époque qu'il remporte son premier prix littéraire dans un concours organisé par la RAF. C'est également en 1945, dans un article intitulé "Extra Terrestrial Relays" et publié dans la revue anglaise Wireless World, qu'il présente son célèbre projet de réseau de satellite de télécommunications placé sur orbite géostationnaire. Son texte lui vaudra la médaille d'or des sciences de l'Institut Benjamin Franklin de Philadelphie et une solide réputation de visionnaire.

 

 

A la fin de la guerre, Clarke quitte l'administration et s'installe à Stratford-on-Avon comme écrivain professionnel. Ses écrits sont publiés par Fantasy et Astounding. En même temps, il reprend ses études à l'Université de Londres où il obtient une licence en physique et mathématiques qui lui permet de devenir rédacteur en chef adjoint de Science Abstracts.

 

A partir de 1950, il peut vivre uniquement de sa plume et publier ses nouvelles dans les plus grandes revues de SF anglaises et surtout américaines, beaucoup plus diffusées. Sa carrière s'accélère au milieu des années 50 tandis qu'il se découvre également une double passion pour la mer et Ceylan (aujourd'hui le Sri Lanka), où il se fixe définitivement en 1956 (il deviendra en 1975 le statut d'hôte résident, le premier accordé à un étranger). La même année, il reçoit le prestigieux prix littéraire de science fiction Hugo (en hommage à Hugo Gernsback, fondateur du premier mensuel de SF, Amazing Stories).

 

A cette même période, non sans humour, Arthur Clarke conclut un pacte de non agression avec un autre auteur de SF de renom, Isaac Asimov. L'Anglais s'y reconnait premier auteur de SF et deuxième écrivain scientifique tandis que le Russe s'accorde le titre de meilleur vulgarisateur et s'attribue la seconde place pour l'écriture de SF.

 

 

Avec Isaac Asimov en 1984

 

Mais la collaboration la plus connue reste celle avec le cinéaste Stanley Kubrick pour l'élaboration du scénario du film 2001: A Space Odyssey, entre 1964 et 1968. Pour la concrétiser, Clarke quitte Ceylan pour l'hôtel Chelsea à New York et réduit considérablement sa production littéraire. Un succès planétaire et un Oscar sont finalement au rendez-vous.

 

 

Avec Stanley Kubrick sur le tournage de 2001

 

Auréolé de cette nouvelle notoriété, Clarke côtoie les plus grands artistes américains de l'époque (le peintre du pop-art Andy Wahrol, les écrivains Arthur Miller et Norman Mailer, le poète Allen Ginsberg…). Il est demandé partout, commente en direct plusieurs missions Apollo, participe à une série de conférences organisées par la Smithsonian Institution...

 

Après la publication de "Rendez-vous avec Rama" en 1973, Clarke décide de ne plus écrire de nouvelles et, à part huit exceptions en 25 ans, il se tient à cette décision. Deux ans plus tard, il mettra également fin à la publication d'une impressionnante série d'articles de vulgarisation scientifique (plus de 400) publiés dans toutes sortes de revues et périodiques de nombreux pays différents.

 

Depuis le Sri Lanka et par mail -par l'intermédiaire de la British Interplanetary Society dont il a été le président à deux reprises (1946-1947 ; 1950-1953)-, Arthur C. Clarke a accepté de répondre à quelques questions du Cosmopif en juin 2004. , nous priant de bien vouloir excuser ses réponses courtes car sa mémoire lui faisait défaut.

 

Arthur C. Clarke est décédé le 16 mars 2008 suite à une attaque cardio-respiratoire. A l'occasion de ses 90 ans en décembre 2007, il avait enregistré un message d'adieu à destination de ses amis. La vidéo de celui-ci est, selon sa volonté, disponible sur Youtube.

 

 


6 questions à Arthur C. Clarke

 

 

Sir Clarke, à quand remonte votre intérêt pour l'espace ?

Tout est parti de la lecture du livre de David Lasser, La conquête de l'espace (The Conquest of Space), en 1930.

 

 

 

Quel souvenir fort souhaiteriez-vous nous faire partager ?

J'ai été particulièrement marqué par la vue du départ des premiers hommes vers la Lune. Puis leur rencontre lorsqu'ils revinrent.

 

 

Rencontre avec Neil Armstrong

 

 

Quelle serait votre photo spatiale ou astronomique préférée ?

C'est la photo de Neil sur la Lune – Mon exemplaire dédicacé par Buzz Aldrin.

 

 

De la même manière, quel objet spatial ou astronomique retiendriez-vous ?

Je choisis le télescope Questar 3 1/2", pour sa beauté et sa mobilité.

 

 

 

Quel serait votre rêve spatial le plus fou ?

Je rêve parfois que je suis en état d'impesanteur – Ils entraînent souvent un voyage vers la salle de bains !

 

 

Que représente pour vous le personnage de Youri Gagarine ?

Un homme merveilleux. J'ai eu le plaisir de le rencontrer brièvement.

 

 

Merci, Sir !

 

Interview réalisée par mail en juin 2004 - Sincères remerciements à la British Interplanetary Society

 

 

Prochain invité : Kent (lundi 13 septembre 2004)

 

 

 

 

Les coordonnées des invités ne sont communiquées en aucun cas