LES INVITES DU COSMOPIF

 

N°184 (lundi 17 mars 2008)

 

Marie H. Clark

Interprète et agent d’information

au Kennedy Space Center Visitor Complex

www.kennedyspacecenter.com

 

 

 

Qui êtes-vous, Marie Clark ?

Je suis née le 2 mars 1965 à Montréal (Québec), au Canada. Je suis aujourd'hui interprète et agent d’information pour le service à la clientèle au centre spatial Kennedy (Floride).

 

Quel a été votre parcours professionnel ?

Dès mon adolescence, j’ai eu la chance de travailler pour l’entreprise familiale que mon père, informaticien, avait fondée dans les années 70. Il était un homme qui avait une vision avant-gardiste. Il nous a plongés très tôt, mes sœurs, mes frères et moi, dans le domaine de la technologie. Alors que les micro-ordinateurs commençaient à se diffuser à travers le monde, je dispensais déjà de la formation, à divers types de clientèles (jeune, adulte et aînés). Même chose lorsqu’Internet fut popularisé. Mon père ouvrit au tout début un Café Internet. Mes tâches étaient alors plus techniques, c’est-à-dire que je devais veiller au bon fonctionnement du Café, tant sur le plan des serveurs que du service à la clientèle. J’ai beaucoup appris de cette expérience de travail.

J’ai pris un tournant au niveau professionnel le jour où mon travail m’a amené loin de chez nous, à Houston au Texas. Durant ce voyage, j’ai rencontré un homme que j’ai fréquenté durant une année. Une année de jet lag, en faisant la navette entre Montréal et Houston. David, de son prénom travaillait comme ingénieur pour une entreprise contractuelle de la NASA. Trop de distance nous séparait. D’un commun accord, il a demandé un transfert en Floride, au centre spatial Kennedy, et j’ai décidé de quitter mon pays nordique pour habiter la Floride avec lui. Un jour, j’apprends que le centre des visiteurs de la NASA est à la recherche d’une interprète bilingue (francophone-anglophone), j’applique pour le poste et me voilà employée de cette entreprise depuis janvier 2001.

Travailler au centre Kennedy, c'est une aventure incroyable. Je rencontre tellement de gens qui proviennent du monde entier. Fait cocasse, il m’est arrivé de revoir mon professeur d’histoire du temps où j’allais à l’école secondaire.

Je suis très fière de représenter "la communauté francophone". D'ailleurs, dans un livre touristique appelé Le Routard, on parle du centre spatial Kennedy et il est fait mention de Marie Clark… C’est moi, toujours prête à vous servir !

 

 

Quelle est votre passion, comment est-elle née, comment la vivez-vous ?

Ma passion, c'est la vie en générale. Je savoure chaque matin lorsque le Soleil brille. Je suis consciente que la vie m'a choyée dans plusieurs domaines alors j'essaie à mon tour de semer du bonheur autour de moi. Actuellement, je donne quelques heures de mon temps par semaine à un homme qui a été blessé lors d’un accident de moto quand il avait 18 ans. Il est quadraplégique et a besoin de beaucoup de soins. Une belle complicité s’est développée entre nous, il est adorable. Je fais également quelques petits plats pour une voisine âgée de 96 ans.

La satisfaction qui m’envahit lorsque je pose des petits gestes me fait tellement de bien et j’adore ce sentiment d’être utile et de rendre les gens heureux autour de moi.

 

Quelle anecdote ou souvenir fort souhaiteriez-vous nous faire partager ?

Oufff... J'me souviendrai toujours de ma première journée de travail au centre Kennedy... Il y avait un groupe organisé de gens qui provenait d’Europe. Ils ne parlaient que français alors on m’a demandé de superviser la visite, de distribuer les appareils auditifs nécessaires et d’expliquer leur fonctionnement. Tout les gens du groupe avaient les yeux rivés sur moi, je me sentais tellement petite dans mes souliers, les jambes me claquaient… Et pour en rajouter, mon patron, est passé à côté de moi durant que j’expliquais… Quel stress !

 

Quelle serait votre photo spatiale ou astronomique préférée et pourquoi ?

Comme bien des gens, ma photo spatiale préférée est celle prise par l'Américain Neil Armstong sur la Lune. On y voit l'astronaute Buzz Aldrin et, quelques pieds plus loin, on aperçoit le drapeau étoilé. Un moment extraordinaire. Deux astronautes devenus héros.

 

 

 

De la même manière, quel objet spatial retiendriez-vous ?

Etant Canadienne d'origine, j’ai un faible pour le bras robotique phénoménal qui équipe la navette spatiale américaine et la station spatiale internationale. Sa conception a représenté un véritable défi. Le Canadarm est définitivement un objet spatial qui me fascine.

Vous pouvez lire ou visualiser le Canadarm, la naissance d'une légende, en cliquant sur ce lien : www.space.gc.ca/asc/fr/exploration/canadarm/documentation.asp

 

 

Le bras articulé canadien de l'ISS lors de la mission STS-112 en octobre 2002

 

Quel serait votre rêve spatial le plus fou ?

Je rêve d'être choisie pour être la première citoyenne à embarquer à bord de la prochaine navette qui se dirigera vers la Lune… Sans oublier George Cloney comme compagnon de vol ! :)

 

 

En 2002, George Clooney revêtait un costume d'astronaute pour le film Solaris de Steven Soderberg

 

Que représente pour vous le personnage de Youri Gagarine ?

J'avoue que j'ai dû aller voir Wikipédia (sur Internet) pour en savoir plus sur ce cosmonaute. A ce qu’on dit, il serait le premier être humain à avoir voyagé dans l’espace. L’histoire est vraiment intéressante. Ca vaut la peine d’aller sur le site pour lire sa biographie.

 

 

http://en.wikipedia.org/wiki/Youri_Gagarine

 

Que représente pour vous la station Mir ?

La première station spatiale, le premier laboratoire dans l’espace... On peut dire le commencement de la "vraie" collaboration entre Américains et Soviétiques. Les navettes américaines ont à plusieurs reprises visité la station Mir.

 

Que représente pour vous Spoutnik-1 ?

Pour plusieurs, Spoutnik-1 était le début de la course dans l’espace qui a notamment entraîné l'engagement du programme Apollo vers la Lune.

 

 

Merci, Marie Clark !

 

Interview réalisée par mail en février 2008

 

Prochain invité : Eric Dautriat (lundi 24 mars 2008)

 

 

 

 

Les coordonnées des invités ne sont communiquées en aucun cas