LES INVITES DU COSMOPIF

 

L'invité n°149 (lundi 14 mai 2007)

 

Roger-Maurice Bonnet

Astrophysicien

 

 

A Baïkonour en août 2000 avant le lancement des nouveaux satellites Cluster

 

 

Qui êtes-vous, Roger-Maurice Bonnet ?

Je suis Directeur de Recherche Emérite au CNRS, Président du COSPAR, Directeur Exécutif de l’International Space Science Institute à Berne, Suisse.

Passion : tout ce qui est beau et grandit l'âme humaine !

Lieu d'habitation : boulevard Arago à Paris, comme Arago et Berne Kramgasse, comme Einstein.

Origine : Français né à Dourdan, en Essonne.

Situation familiale : non marié par principe et donc non divorcé. Une fille prénommée Ariane assurera ma descendance, ce qui est curieux pour une Ariane !

Passe-temps : boulot, spatio et pas dodo car en plus : sport (jogging) et chant soliste (baryton classique). Prochain concert le 16 juin.

 

 

Le parcours de Roger-Maurice Bonnet

Né le 23 décembre 1937, Roger-Maurice Bonnet s'est très tôt passionné pour l'astronomie. Après ses études à l'Université de Paris, il s'est orienté vers l'observation du spectre ultraviolet du Soleil au moyen de ballons, fusées et satellites artificiels. II a été ainsi le premier en France à placer un instrument astronomique à bord d'un engin spatial et le premier en France à obtenir de- images du Soleil dans le spectre continu ultraviolet.

Il a dirigé de 1969 à 1983 le Laboratoire de Physique Stellaire et Planétaire à Verrières-Le-Buisson qui est aujourd'hui devenu l'Institut d'Astrophysique Spatiale situé sur le campus de l'Université d'Orsay.

Il a recueilli en 1979, 1980 et 1982 les meilleurs clichés du Soleil jamais obtenus en fusée, dans le rayonnement Lyman alpha de l'hydrogène. L'étude de ces clichés a permis de révéler la structure fine du champ magnétique de la chromosphère et de la couronne solaire.

Il a été responsable de la construction du télescope de la caméra multispectrale du satellite européen Giotto qui a rencontré la comète de Halley en 1986.

Au mois de mars 1983, Roger-Maurice Bonnet a été nommé Directeur du programme scientifique à l'Agence Spatiale Européenne (ESA). Sous cette fonction, il a créé un programme de 20 ans appelé "Space Science Horizon 2000". Grâce à ce plan, il a convaincu les Ministres de la Recherche d'accroître de 5% par an jusqu'en 1994 le niveau du programme scientifique obligatoire de l'ESA, qui stagnait à un niveau constant depuis 1971. "Horizon 2000" comprenait un ensemble de grandes missions et des missions plus petites. Il a aussi introduit le concept des missions flexibles, ainsi que les missions SMART pour le test des technologies déterminantes, destinées à de réduire le coût des missions scientifiques. SMART-1, la première mission lunaire de l'Europe, a permis d'effectuer un test de la propulsion électrique solaire nécessaire aux missions vers l'espace profond.

Sous sa direction ont été lancés les satellites Giotto, Hipparcos, Hubble Space Telescope, Ulysses, Huygens, ISO, SOHO, XMM-Newton et Cluster. Ces missions ont placé au premier rang dans le monde la communauté scientifique européenne et élevé l'Europe au rang de seconde grande puissance spatiale scientifique après les Etats-Unis. Ont été également démarrés les projets Integral, Rosetta, FIRST, Planck ainsi que Mars Express, la première mission européenne vers Mars, Bepi Colombo pour l'exploration de Mercure, le Next Generation Space Telescope (NGST), LISA pour l'observation des ondes gravitationnelles, GAIA, le Solar Orbiter, etc.

Dès 1990, Roger-Maurice Bonnet engagea l'étude d'une base lunaire scientifique qui a fait de l'Europe la principale initiatrice d' un retour vers l'exploration de notre satellite naturel.

En mai 1997, le Directeur Général de l'ESA le chargeait de définir la stratégie pour l'Observation de la Terre en Europe. S'appuyant sur les besoins réels des utilisateurs, il a établi le programme "Living Planet" comprenant des missions scientifiques moyennes et petites, un volet dédié à la préparation technologique ainsi qu'un autre pour la préparation du nécessaire transfert vers les applications. Le programme a été présenté officiellement pour la première fois au Conseil de l'ESA réuni au niveau ministériel à Bruxelles en mai 1999 et a reçu une première tranche de financement.

Le 30 avril 2001, après 18 ans passé à l'ESA, Roger-Maurice Bonnet a quitté sa fonction de Directeur des programmes scientifiques, pour retourner au Centre National de la Recherche Scientifique où il détient les titres de Directeur de recherche de Classe exceptionnelle et de Directeur Emeritus.

Roger-Maurice Bonnet est l'auteur de plus de 150 articles scientifiques et publications pour le grand public. Il a écrit plusieurs ouvrages dont Les Horizons Chimériques publié chez Dunod (1992) ainsi que Planet of the Future, avec Lo Woltjer (à paraître).

 

 

Membre de plusieurs académies

Académie Royale des Sciences de Suède

Académie Internationale d'Astronautique depuis 1985

Academia Europae, membre permanent, février 1989

Académie d'Astronautique et d'Aéronautique, membre correspondant, juin 1989

 

 

Récipiendaire de nombreuses distinctions

Médaille de Bronze du CNRS, 1968

Médaille d'Argent du CNES, 1976

Prix Deslandres de l'Académie des Sciences, 1980

Médaille Iouri Gagarine de la Fédération de Cosmonautique d'URSS, 1985

Laurel 1985 Aviation Week and Space Technology, 1986 (Homme de l'Année)

Emil Award par l'Académie Internationale d'Astronautique, au titre de la coopération internationale dans le cadre de l'inter Agency Consultative Group, 1987

"Personnalité de l'Année" dans les Sciences en France, 1987

Médaille Constantin Tsiolkovsky de la Fédération de Cosmonautique d'URSS, 1987

Chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur, 1989

"1993 Basic Scientist" par l'Académie Internationale d'astronautique, 1993

Laurel 1993 Aviation Week and Space Technology, 1994

Grand Prix de l'Association Aéronautique et Astronautique de France, 1996

Officier dans l'ordre de la Légion d'Honneur, 1998

Laurel 1998 Aviation Week and Space Technology, 1999

"2000 COSPAR Award", 2000

NASA Public Service Medal, 2001

Fellow of the European Geophysical Society, 2001

Prix Icare des Journalistes Scientifiques, 2001

Laureate Hall of Fame Award, Aviation Week and Space Technology, 2001

 

 

Biographie disponible sur le site de Futura Sciences

 

 


Quelle est votre passion, comment est-elle née, comment la vivez-vous ?

Alors que je venais de passer une année au conservatoire de Paris dans la classe de chant de Charles Panzéra, les Soviétiques ont lancé Spoutnik-1. Les 29 000 km/h de la boule russe m’ont totalement enthousiasmé et, compte tenu de mon admiration pour ce grand peuple, j’ai décidé de faire de la recherche spatiale mon métier.

 

 

Le baryton suisse Charles Panzéra (1896-1976)

enseigna au Conservatoire de Paris entre 1949 et 1966

 

 

Après le 4 octobre 1957 je suis entré à l’Université de Paris et, dès 1961, je rejoignais le service d’aéronomie de Jacques Blamont. Je présentai ma thèse à la date inhabituelle du 19 juillet… mille neuf cent soixante huit. Grâce à la gentillesse du jury présidé par Alfred Kastler, Prix Nobel de physique, et du CRS qui a bien voulu porter lui-même mon manuscrit au secrétariat de la faculté occupée et paralysée.

Depuis, je vis la tête en orbite et les pieds sur Terre tous les jours, toutes les nuits (ou presque).

 

 

Quelle anecdote ou souvenir fort souhaiteriez-vous nous faire partager ?

Celle que je viens de dire. Plus mon succès en 1985 lorsque le plan que j’avais préparé pour cadrer la recherche spatiale européenne pour 20 ans "Horizon 2000" a été approuvé au Conseil ministériel de l’ESA à Rome avec un accroissement du budget hors inflation de 5% par an pendant dix ans.

 

 

Quelle serait votre photo spatiale ou astronomique préférée et pourquoi ?

Je choisis l’image du noyau de la comète de Halley prise par le petit télescope de la caméra polychromatique de la mission Giotto de l’ESA dont j’ai eu l’honneur de diriger le développement, le lancement et les opérations de 1983 jusqu’à sa deuxième rencontre avec la comète Grigg-Skjellerup en juillet 1992.

 

 

 

De la même manière, quel objet spatial retiendriez-vous ?

Je retiens le premier Spoutnik car c’est par lui que tout a commencé.

 

 

 

Quel serait votre rêve spatial le plus fou ?

Je rêve d'aller sur la Lune et si possible en revenir mais ce n’est pas obligatoire ni même peut-être nécessaire.

 

 

Que représente pour vous le personnage de Youri Gagarine ?

Gagarine, c'est l’espérance des Soviétiques en 1961. La vraie révolution ! Le gagnant ! Un petit mec vraiment courageux ! La figure la plus historique avec Spoutnik 1 de la conquête par l’homme de l’espace extraterrestre. Une figure mythique !

 

 

Que représente pour vous la station Mir ?

Mir constitue une approche raisonnable et économique du concept de station. On aurait du en faire un clone plutôt que de…

 

 

Que représente pour vous Spoutnik-1 ?

Tout ! Et un sacré succès !

 

 

Merci, Roger-Maurice Bonnet !

 

Interview réalisée par mail en avril 2007

 

 

Sur le plateau de la 4e Nuit des étoiles de France 2 à Gourgoubesse (34)

en juillet 1994 en compagnie de Jean-Pierre Haigneré

Photo Pif

 

 

La semaine prochaine (lundi 19 mai 2007) :  150e invité du Cosmopif

 

 

Les coordonnées des invités ne sont communiquées en aucun cas