L'invité de la semaine dernière : Frédéric Bouchar

 

LES INVITES DU COSMOPIF

 

N°68 (lundi 9 mai 2005)

 

Jean-Loup Chrétien

Premier spationaute français

Président-fondateur de Tietronix-Optics

www.tietronix.com

 

 

Photo Pif

 

50e anniversaire du premier vol en avion de Jean-Loup Chrétien
(5 mai 1955)

 

 

Les logos des 3 missions de Jean-Loup Chrétien : PVH, Aragatz et STS-86

Le premier est l'œuvre de Michel Granger, le second de Didier Bécet

 

 

Jean-Loup Chrétien en bref

Pilote d'essais de l'Armée de l'Air (Général de Brigade aérienne)

Premier astronaute français (sujet de l'espace n°108)

Astronaute du CNES de 1980 à 1999, membre du corps des astronautes de la NASA de 1995 à 2001, astronaute américain de 1999 à 2001

Né le 20 août 1938 à La Rochelle (Charente Maritime)

Marié, 5 enfants

3 vols spatiaux : missions PVH, Aragatz et STS-86 (43 jours 11 heures et 20 minutes au total).

 

      

 

Jean-Loup Chrétien en 1982, 1985, 1988 et 1997

 

Après des études en Bretagne (école communale à Ploujean, collège à Saint-Brieuc et lycée à Morlaix), Jean-Loup Chrétien entre à l'école de l'Air à Salon de Provence en 1959. Titulaire d'une maîtrise en Génie aéronautique et ingénieur en 1961, il rejoint la 5 ème  escadrille de chasse à Orange. Après un an d'entraînement sur Mystère-4, il reçoit ses ailes de pilotes. Lieutenant, il évolue durant 7 ans en escadrille aux commandes de Super-Mystère B2 et Mirage III. Il entre à l'Ecole du personnel navigant d'essais et de réception (EPNER) d'Istres en 1970 puis rejoint le Centre d'essais en vol d'Istres comme pilote d'essais, responsable notamment du programme d'essais du Mirage F1, de 1970 à 1973. De 1977 à 1980, il est officier-adjoint en chef de la Division de la défense aérienne du Sud-Est.

 

Sélectionné par le CNES en juin 1980 pour former le premier groupe de cosmonautes français avec Patrick Baudry, Jean-Loup Chrétien est désigné comme titulaire pour le vol franco-soviétique PVH (Premier Vol Habité), en tant que cosmonaute expérimentateur. Il suit une formation à la Cité des étoiles près de Moscou de septembre 1980 à juin 1982. Il devient le premier Européen de l'Ouest du 24 juin au 2 juillet, séjournant 6 jours et 17 heures à bord de la station Saliout-7.

 

   

 

Jean-Loup Chrétien à bord de la station Saliout-7

La capsule Soyouz-T6 de la mission PVH et le scaphandre Sokol de Jean-Loup Chrétien

exposés au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget

Photo Pif

 

Entre septembre 1984 et juin 1985, il participe à un entraînement au centre Johnson de la NASA à Houston pour une mission à bord de la navette spatiale américaine en tant que doublure de Patrick Baudry, d'abord affecté à la mission STS 51-E/Challenger puis à la mission STS 51-G/Discovery.

 

En août 1986, il est désigné comme titulaire de la mission franco-soviétique de longue durée Aragatz, toujours comme cosmonaute expérimentateur. Il retrouve la Cité des étoiles pour un nouvel entraînement de deux ans et s'entraîne en piscine pour effectuer une sortie extravéhiculaire. Il retourne dans l'espace du 26 novembre au 21 décembre 1988, séjournant cette fois à bord de la station Mir durant 22 jours et 9 heures. Le 9 décembre 1988, il est le premier "piéton de l'espace" européen : il effectue une sortie extravéhiculaire en compagnie d'Alexandre Volkov. La durée atteinte (5h57) reste un record jusqu'au 17 juillet 1990 (Anatoli Soloviev et Alexandre Balandine effectuent une sortie de 7 heures et 16 minutes hors de Mir).

 

Directeur des astronautes du CNES de 1990 à 1999, il effectue un entraînement à l'institut aéronautique Joukovski de Moscou pour le pilotage de la navette spatiale russe Bourane en 1990-1993. En 1995, il intègre le corps des astronautes de la NASA (groupe n°15) à Houston et suit une formation de spécialiste de mission.

Du 25 septembre au 5 octobre 1997, il participe à la mission STS-86 à bord de la navette américaine Atlantis en tant que spécialiste de mission et retrouve durant 5 jours et 21 heures la station Mir.

 

 

Après son départ du CNES en 1999, la NASA lui offre de rejoindre le corps américain des astronautes. Il occupe en particulier le poste de Directeur adjoint du groupe ISS Expedition Corp et celui d'assistant Crew Operations auprès du Directeur du centre Johnson. A quelques mois de reprendre l'entraînement pour une mission vers la station spatiale internationale, il est victime d'un accident et doit cesser ses activités d'astronaute.

 

Il rejoint en août 2001 la société Tietronix Software, un sous-traitant en matériel électronique de la NASA à Houston. Il y occupe les fonctions de vice-Président chargé de la recherche et du développement. Il suit en particulier les applications industrielles d'un brevet de pare-brise intelligent protégeant de l'éblouissement. En décembre 2002, il crée à Lannion (Côtés d'Armor) Tietronix-Optics, société spécialisée dans les systèmes optiques d'amélioration de la vision. L'astronaute devenu homme d'affaires partage aujourd'hui sa vie entre le Texas et la Bretagne.

 

Jean-Loup Chrétien a également été conseiller pour les activités spatiales auprès du Président de Dassault et a fait partie du conseil d'administration de Brit Air.

 

Il totalise plus de 8 000 heures de vol sur de nombreux types d'avion, dont les Tupolev-154, Mig-25, Sukoï-26 et 27 russes.

 

 

Depuis 2001, Jean-Loup Chrétien s'attache à la promotion du pare-soleil intelligent pour automobile Eclipse

 

 

Décorations, distinctions et autres titres

Officier de la Légion d'honneur, Chevalier de l'ordre national du Mérite, médaillé de l'Aéronautique, Héros de l'Union soviétique, membre de l'Ordre de Lénine, membre de la Bannière rouge du Travail et citoyen d'honneur de la ville d'Arkalyk.

Membre de l'Académie de l'Air et de l'Espace, de l'Association of Space Explorers, de l'Association of European Astronauts, de l'American Institute of Aeronautics and Astronautics et de l'International Academy of Aeronautics.

 

 

Loisirs

Orgue, voile, surf, golf, ski, rallye automobile et menuiserie.

 

 

Jean-Loup Chrétien jouant de l'orgue à bord de Mir en 1988

 

 

Publications grand public

Spatiale première (avec Patrick Baudry et Bernard Chabbert), éditions Plon, 1982

Hommes des nouveaux mondes (avec Paul Brouzeng), Messidor-La Farandole, 1989

Sonate au clair de Terre, Denoël, 1993

Mission Mir, journal de bord, Michel Lafon, 1998

 

         

 

 

 

 

Trois questions à Jean-Loup Chrétien

 

 

Quelle anecdote ou souvenir fort souhaiteriez-vous nous faire partager ?

Imaginez que, depuis l'orbite, vous pouvez percevoir des détails de la Terre aussi petits que les lumières la nuit du port de Roscoff, tout en voyant la France, l'Espagne, l'Italie, une partie de la Scandinavie et de l'Angleterre !

 

 

 

Quelle serait votre photo spatiale ou astronomique préférée et pourquoi ?

Je choisis une image avec des hommes sur la Lune et la Terre à l'horizon, symbole de la conquête spatiale proprement dite.

 

 

Harrison Schmitt devant le drapeau américain et un croissant de Terre

(mission Apollo 17, décembre 1972)

NASA

 

 

De la même manière, quel objet spatial retiendriez-vous ?

Je retiendrais n'importe quel objet venu d'ailleurs. Il y a peu de choix pour nous. Nos panneaux d'expériences ECHANTILLONS installés lors de notre sortie à l'extérieur de la station Mir en décembre 1988 et exposés aux rayonnements de particules cosmiques, par exemple.

 

 

Jean-Loup Chrétien en scaphandre à l'extérieur de la station Mir

 

 

Merci, Jean-Loup Chrétien !

 

Interview réalisée par mail en mai 2005

 

 

   

 

Sur le plateau de "La Marche du Siècle" de Jean-Marie Cavada

en juin 1994 après l'émission consacrée aux 25 ans de la mission Apollo-11

avec Alexeï Leonov et des membres du Cosmos Club de France.

On retrouve plusieurs invités du Cosmopif : Serge Samÿn et Laurent Aznar (à l'extrême gauche),

Arno Marsollier et Jean-Pierre Nouaille (à l'extrême droite).

Photo Romuald Oumamar

 

En septembre 2002, au Musée de l'Air et de l'Espace pour les 20 ans de la mission PVH

Photo Christian Camilleti

 

 

 

La semaine prochaine (lundi) : Marie-Claude Paskoff

 

 

 

 

 

Les coordonnées des invités ne sont communiquées en aucun cas